Augmentation des tarifs d’eau : pourquoi les consommateurs doivent faire les frais de l’incompétence au sommet?

Lettre ouverte aux parlementaires

 

Augmentation des tarifs d’eau : pourquoi les consommateurs doivent faire les frais de l’incompétence au sommet?

 

Choisir entre la peste et le cholera: c’est le choix suicidaire du Ministre des Infrastructures Publiques, Ivan Collendavelloo. Entre la privatisation de la CWA et une augmentation des tarifs d’eau. Avec ce qui est publié dans les médias sur les irrégularités de cette institution qui coûte la somme faramineuse de plus de Rs. 225 millions (selon un rapport de l’Audit),  l’on se demande si la démarche du ministre est justifiée de part et d’autre.

 

Si le prétexte du Ministre est d’éviter le gaspillage de l’eau est mis en avant pour justifier une demande d’augmentation des tarifs, il serait utile d’inviter le Ministre Collendavelloo de prendre connaissances de certains faits – qui peuvent l’échapper pour l’instant – et qui concernent des véritables gaspillages au niveau de cette institution.

 

Plusieurs rapports mettent en exergue le fait que sur une production quotidienne de quelque 600 000 mètres cubes d’eau par jour, il y a des pertes de 200 000 mètres cubes d’eau par jour.  Et ces pertes chiffrées s’élèvent à Rs. 2 400 000 par jour soit l’équivalent de Rs.  875 millions annuellement. Cela à la base d’un calcul du coût de production à Rs. 12.00 le mètre cube.  Alors que le consommateur est tarifé à Rs. 13.00 par mètre cube. Et cela représente un revenu de Rs. 5,2 millions quotidiennement.  Par ailleurs, la dernière augmentation des tarifs d’eau remonte à 2012 et qui était de l’ordre de 35%. Est-ce que de 2012 à ce jour, l’inflation a pris l’ascenseur pour atteindre 35% ?

 

Aujourd’hui, selon la nouvelle politique du gouvernement, c’est le consommateur qui assure l’investissement pour la modernisation et amélioration du réseau de distribution d’eau à travers le pays. En effet, en taxant le contribuable de Rs. 4.00 sur chaque litre de carburant utilisé pour gonfler le Build Mauritius Fund, ce n’est pas l’Etat qui finance les projets de la CWA mais bel et bien le contribuable. Cette taxe de Rs. 1.00 à l’origine est passée à Rs.  4.00 en2015. Et les Rs. 3.00 additionnelles sont censées financer la modernisation du réseau et la distribution d’eau à travers le pays.

 

D’ailleurs un budget de Rs. 3,6 milliards en provenance du Build Mauritius Fund est prévu comme investissement pour « upgrade, modernise water supply and distribution network » à travers l’île. Sous ce même fonds, une somme de Rs. 1,034 milliards est prévue pour le Bagatelle Dam, dont le coût initial de Rs. 3 milliards ne cesse d’augmenter et risque de crever la barre de Rs. 10 milliards bientôt.

 

Avec de tels investissements d’une part et des gaspillages d’autre part, l’on se demande si c’est le contribuable qui doit faire les frais de l’incompétence au plus haut niveau de l’Etat ? Il est temps de remettre les pendules à l’heure et que l’Etat et les institutions sous son contrôle en assument pleinement leurs responsabilités.

 

Il devient trop facile de tout mettre sur le dos du consommateur et d’en laver les mains comme Ponce Pilate. Il ne faut oublier non plus que le consommateur est aussi celui qui choisira le prochain régime d’ici 2020. Et les Mauriciens ne sont plus dupes encore moins amnésiques ? La leçon faite à Navin Ramgoolam doit servir d’exemple. A moins que l’on fasse comme l’âne de Buridan !!!

 

Suttyhudeo Tengur

Président

9 novembre 2016

 

Leave a Comment